Avive Ton Potentiel

Uncategorized

Le syndrome de l’imposteur chez les entrepreneuses : libérez-vous de vos blocages pour briller dans votre activité

Le syndrome de l’imposteur chez les entrepreneuses : libérez-vous de vos blocages pour briller dans votre activité Le syndrome de l’imposteur désigne une expérience traversée par « près de 70 % de la population mondiale à un moment donné de sa vie » selon l’International journal of behavioral science. Encore appelé « syndrome de l’autodidacte », il crée un sentiment d’illégitimité chez les personnes touchées. Phénomène bien connu des dirigeantes, elles adoptent des stratégies de défense, entraînant parfois de sérieuses incidences sur leur santé mentale. Éprouvez-vous cette sensation de ne pas mériter votre place ? Les doutes, les angoisses et les peurs d’échouer vous envahissent-ils ? Rassurez-vous : certes inconfortable, cette situation ne demeure pas une fatalité. Des solutions existent pour gagner en efficacité et sérénité à la tête de votre société. Découvrez les caractéristiques de ce syndrome de l’imposteur chez les entrepreneuses et les clés pour le surmonter avec panache. Comprendre le syndrome de l’imposteur chez les entrepreneuses Commençons par un retour sur l’origine de cette expérience d’usurpation pour mieux saisir pourquoi elle s’impose chez beaucoup de femmes d’affaires. Le syndrome de l’imposteur voit le jour en 1978. Les psychologues Pauline Clance et Susanne Imes ont mené une étude auprès de 150 femmes avec des parcours brillants. Elles se sont aperçues que ces femmes ne s’appropriaient pas leur succès. Elles avaient tendance à mettre en avant des facteurs extérieurs comme la chance ou le hasard pour expliquer leurs réussites. Bien que diplômées et performantes, ce phénomène psychique les poussait à se dévaloriser.    À la lumière de cette analyse, nous comprenons qu’il soit très répandu dans l’entrepreneuriat au féminin, et ce, quel que soit le domaine d’activité. Certaines fondatrices vont éprouver des difficultés à se sentir à la hauteur et à occuper une position de leader. Elles portent des projets dont elles restent fières, mais des blocages viennent les freiner dans leurs épanouissements et leurs résultats.  En tant qu’indépendantes, un autre risque les menace : le manque de retour sur la qualité de leur travail du fait de leur isolement. S’apprécier de manière objective devient complexe dans ces conditions. Aucun supérieur n’est présent pour valider leurs efforts. Les multiples manifestations du syndrome de l’imposteur Des symptômes courants sont observés : le doute permanent. L’autodidacte attribue le mérite à des éléments externes comme la chance, les relations ou encore des circonstances particulières indépendantes de lui ;la crainte d’être démasqué. L’imposteur est convaincu d’induire son entourage en erreur, il vit dans la peur constante que ses proches s’aperçoivent de son illégitimité ;une tendance à se comparer. Une compétition malsaine entre en jeu provoquant parfois un perfectionnisme à l’extrême ;le jugement négatif. La personne se dévalorise systématiquement, n’accepte pas les compliments et minimise ses réussites. Nous pouvons illustrer ces manifestations en quelques phrases du type : « je ne suis pas capable », « ils vont finir par comprendre que c’est de la chance », « je n’ai pas assez de compétences » ou encore « je ne mérite pas ma place ». Toutes ces pensées déclenchent une anxiété aiguë et diminuent considérablement la confiance en soi. C’est pourquoi il est conseillé de prendre du recul par rapport à ce sentiment afin de s’en détacher pas à pas. Nous aborderons dans la dernière partie de cet article LA clé pour sortir efficacement de ce cercle infernal. Les conséquences néfastes sur la croissance de l’entreprise Le syndrome de l’imposteur représente un réel danger pour la prospérité d’une entreprise.  Gagnée par un stress continu et une estime de soi en berne, la créativité n’est plus au rendez-vous. Les opportunités sont évitées de peur d’échouer et la productivité de la boîte est touchée de plein fouet. Un business ne peut se révéler sur des fondations fragiles. Les limitations et blocages subis entraînent une baisse de motivation, un repli sur soi, un immobilisme ou à l’inverse une activité acharnée pour justifier sa place dans le monde des affaires.  Deux stratégies de défense sont fréquemment constatées : Il est primordial de lutter contre ce mécanisme psychique afin qu’il ne bloque pas la croissance de la société. Une erreur fréquente dans la lutte contre le syndrome de l’imposteur : se former à outrance Face à ce sentiment d’illégitimité, l’entrepreneuse tente dans certains cas de valoriser ses expertises en multipliant les formations. Ce choix semble judicieux à première vue, mais la vigilance est de rigueur pour ne pas tomber dans un mauvais engrenage.  Cette stratégie présente des limites. En effet, pour être bénéfique, la montée en compétences doit être impérativement suivie d’actions. L’accumulation de certifications sans mise en pratique dans son métier risque de prolonger à l’infini le besoin de reconnaissance.  L’effet escompté sur la confiance en soi est alors temporaire puisque la dirigeante peut ressentir à nouveau le désir d’investir dans un énième apprentissage. Un autre inconvénient à cette habitude est à noter : la perte économique. Lorsque l’on débute en tant qu’indépendante ou que l’on souhaite une relance favorable de son activité, il est essentiel de veiller à répartir ses dépenses de manière astucieuse et rentable.  Mieux vaut préférer des remèdes qui profiteront à votre entreprise sur la durée. La clé pour surmonter le syndrome de l’autodidacte : le travail intérieur Pour combattre de manière efficace ce trouble, penchons-nous sur un exercice souvent négligé, mais indispensable : le travail intérieur. Accepter la situation pour continuer d’avancer Une des premières étapes consiste à reconnaître le syndrome. Cela passe par la prise de conscience des blocages qui freinent l’épanouissement personnel et professionnel. Une fois les doutes et les différentes peurs acceptés, il est plus aisé d’avancer et de démarrer une véritable introspection. Renforcer la confiance en soi C’est alors que l’on ouvre le dossier « confiance en soi ». Une phase d’exploration intérieure s’amorce pour identifier clairement ses forces et ses faiblesses. Il faut souligner les compétences singulières de l’entrepreneuse et se rappeler les réalisations et les succès de son passé. L’objectif étant de reconquérir une authentique légitimité. Outils et techniques efficaces La méditation ou encore la technique des affirmations positives représentent des outils intéressants dans cette exploration.  Cependant, cette réflexion n’est pas toujours simple à réaliser

Le syndrome de l’imposteur chez les entrepreneuses : libérez-vous de vos blocages pour briller dans votre activité Lire la suite »

Développer la confiance en soi en tant qu’entrepreneuse

La confiance en soi est une qualité essentielle pour toute entrepreneuse. Ellenous aide à mettre en place des stratégies, à améliorer nos produits et services età fidéliser nos clients.Cependant, il peut arriver, qu’en dépit de nos objectifs et de nos qualitéspersonnelles, que nous manquions de confiance au moment d’entreprendre.Les causes peuvent-être multiples, mais nous pouvons y remédier en améliorantnotre estime personnelle et en appliquant quelques conseils. Facteur essentiel pour développer la confiance en soi : l’estime de soi Etroitement liée à la confiance en soi, l’estime de soi est l’appréciation que nousavons de nous-même, la reconnaissance de nos qualités, nos atouts et noscapacités. Elle nous permet d’avoir image positive de nous-même et d’inspirerconfiance.L’estime de soi se construit depuis notre enfance, elle se base sur le ressentit etse rapporte au milieu dans lequel on évolue. Elle s’appuie sur nos valeursmorales ainsi que sur les paroles qu’on entend à notre sujet.Une faible estime de soi nous déstabilise et nous rend peu productive. Il estpossible de rehausser ce facteur, en nous éloignant personnes qui nous sous-estiment, et en adoptant une attitude positive envers nous-même. Nous pouvonsaussi avoir recours des professionnels tels que des psychologues et despsychothérapeutes.A l’inverse, une forte estime nous emmène à prendre de bonnes décisions, àmieux cibler nos actions et à déployer tous les moyens utiles à notre réussite Conseils pour développer la confiance en soi Avoir confiance en soi consiste à croire en ses capacités, elle se base sur les actions.Afin de prendre les bonnes décisions et de poser les bons actes, il faudrait : Apprendre à mieux se connaitreApprendre à se connaitre revient à identifier nos atouts, nos capacités, nos besoins.C’est aussi définir ses limites, comprendre ce qui est bon ou mauvais pour nous etce qui nous permet d’avancer et de progresser sur nos objectifs malgré les obstacles S’entourer de bonnes personnes et se faire accompagnerIl s’agit de s’entourer de personnes ayant la même vision des choses que nous etpartageant nos idées.Le choix de ses individus se base sur les compétences et les qualités liées à notreentreprise.Nous pouvons aussi faire appel à des professionnels. Lesquels nous aideront àbénéficier d’un regard extérieur sur notre projet et nous donner des pistesd’amélioration.Il existe aussi des réseaux accompagnement à la création entreprise tels que :les chambres des métiers, le réseau entrepreneur. Se former et sortir de notre zone de confortUne bonne entrepreneuse est celle qui est disposée à apprendre et à changer safaçon de travailler afin de rester compétitive.L’unique moyen de se démarquer, est d’acquérir de nouvelles connaissancesau moyen des formations.Pour cela pas besoin de rejoindre les salles de classes, on peut apprendredepuis le confort sa maison ou de son bureau.Selon les besoins de notre entreprise, nous pouvons faire appel à des coachs.Il est indispensable de proposer des formations à son personnel afind’actualiser leurs connaissances et d’avancer dans le même sens.Savoir se relever après un échecIl peut arriver que l’on subisse des échecs en tant qu’entrepreneuse, cela faitpartie de l’apprentissage du métier. Le tout est de ne pas rester sur ses échecs,mais d’en identifier les causes et de se nourrir de ces expériences pourprogresser. Apprendre à gérer ses émotionsNous subissons beaucoup de pression en tant qu’entrepreneuse et les sources destress sont multiples. Selon l’institut OpinionWay (2017), 72% d’entrepreneursdisent éprouver du stress.Si le stress peut se montrer bénéfique pour nos entreprises, il peut pour laplupart du temps avoir des effets néfastes sur notre santé et notre productivité.C’est pour ces raisons que nous devons identifier les sources de stress enprenant un peu de recul et en anticipant les difficultés qui se dressent sur notrechemin.Gérer ses émotions peut aussi consister à s’éloigner un court instant de sesobligations professionnelles et vaquer à des activités ludiques.Lâcher prise et prendre soin de soi, pratiquer du sport et passer des moments dequalité avec ses proches sont tant de choses qui nous aideront à canaliser nosémotionsEn somme, plusieurs paramètres interviennent lorsque l’on veut entreprendre enayant confiance en soi. Mais ce que nous retenons c’est que notre état d’espritconstitue le carburant de notre réussite. Adopter une attitude positive et se faireaccompagner s’imposent ainsi comme, les clés du succès. Pour retrouver plus de conseils et astuces pour développer la confiance en soi, téléchargez la séance offerte ci-dessous. Prendre confiance en soin grâce au subconscient

Développer la confiance en soi en tant qu’entrepreneuse Lire la suite »

Retour en haut